biletul zilei cota 2 cu meciuri din fotbal omnibet.ro biletul zilei cota 2 la pariuri sportive

Le Blog

Accueil/social risk management/La cartographie des risques sociaux discutée à l’AMRAE

La cartographie des risques sociaux discutée à l’AMRAE

Lors des rencontres de l’AMRAE et de l’ANDRH auxquelles Parménide a participé, un atelier tout à fait intéressant a permis de débattre de la cartographie des risques sociaux dont le processus d’élaboration est bien connu:

1 – identification des risques

Les risques sociaux font partie des risques opérationnels et ils doivent être analyser dans ce cadre.

A ce stade, il n’existe aucune typologie académique de ces risques. Le cabinet Metametris, qui conseille Axa Group dans sa cartographie des risques, n’a d’ailleurs pas produit, à la table ronde, la même typologie que… le risk manager d’Axa Group.

On retiendra donc le caractère fluctuant de cette notion. De ce point de vue, Bruno Dunoyer de Segonzac, risk manager de Bouygues Telecom, a proposé une méthodologie de l’identification rapide qui permet, sans rechercher l’exhaustivité, de dénombrer les principaux risques humains auxquels l’entreprise s’expose.

Metametris propose deux méthodes d’identification: un système bottom-up par processus, qui nécessite un long travail de fond, et la méthode top-down, qui repose sur le consensus des managers.

On regrettera que le temps ait manqué pour ouvrir le débat, puisqu’aucun des intervenants n’a proposé de méthode collaborative pour évaluer les risques.

2 – valoriser les risques

Une fois les risques identifiés, il faut les mesurer et évaluer leur impact sur le processus de production.

L’enjeu de cette phase est de proposer un plan d’action opérationnelle.

L’atelier a permis de confronter deux visions très différentes sur ce processus.

Mediametris propose une méthode très complète, très précise, très rigoureuse, qui distingue l’identification des risques de processus (1), l’évaluation de l’efficacité opérationnelle (2), l’étude d’impact (3), l’identification des scénarios RH (4), l’analyse des scénarios de risque (5). L’ensemble de cette itération permet de disposer in fine d’un descriptif précis des risques.

Si Mediametris conseille Axa dans sa cartographie des risques, le risk manager d’Axa, Christian Vie, a néanmoins plaidé pour un système de valorisation qui ne soit ni bureaucratique, ni punitif, ni mécanique. De ce point de vue, la technique utilisée chez Bouygues Telecom permet de chiffrer les risques principaux sans monter de nébuleuse ni d’usine à gaz.

3 – le plan, d’action

L’enjeu du social risk management consiste bel et bien à préparer un plan d’action qui soit opérationnel pour les ressources humaines. En ce sens, la relation entre le risk manager et le RH doit se construire par un dialogue et un échange sur les techniques de gestion du risque social.

Un vaste sujet, où la nécessité de parler le même langage suppose sans doute un accompagnement.

 

Écrit par

Co-fondateur de Parménide

3 réponses à “La cartographie des risques sociaux discutée à l’AMRAE”

Par jacob audrey - 30 juin 2012 Répondre

J’ai consulté les sites d’axa pour la partie Axa Group Risk Management et de Metametris…je ne distingue pas de réelle différence dans le sens qu’ils valorisent tous deux la modélisation, après un processus d’identification et de mesure des risques par type de risques et par ligne de métiers.

Une dimension dynamique se dégage à mon sens plus chez Metametris par un lien entre l’approche à dire d’experts, développée en général dans le cadre d’évènements rares (avec documentation de leurs évaluations) et l’approche statistique, développée en binôme avec celle à dire d’experts pour les évènements courants.

Pour Axa Group, de même, il y a combinaison entre une évaluation des risques et de mise en oeuvre de processus de contrôle selon des données financières et statistiques, ainsi que par la collaboration avec des équipes d’experts (voir création du Risk Management Professional College en collaboration avec AXA Université).

Bouygues si j’ai bien compris s’attache plutôt à prendre pour base un questionnement sur les raisons qui empêchent telle ou telle organisation dans la réalisation de ses objectifs, le ressenti des organisations elle même sur cette situation et donc les conséquences, en définissant alors leur coût pour l’entreprise.

Il est en tous les cas, je pense, essentiel, que la fonction RH, malgré l’intervention extérieure de cabinets de conseil spécialisés dans la gestion des risques (externalisation), soit bien le vecteur de ce dialogue, en interne, qu’elle conserve sa place de stratège et de chef d’orchestre.

Par jacob audrey - 8 juillet 2012 Répondre

Participeras-tu au prochain congrès Préventica (Le Congrès/Salon de référence pour la maîtrise des risques et la qualité de vie au travail) à Lille et Lyon qui se tiendront en 2013?

http://www.preventica.com/exposant.html

Par Louise - 19 décembre 2012 Répondre

pour en remettre une cohuce sur les aides de la caf, j’ajoute que non seulement la situation est re9vise9e une fois par an, et dieu sait que les situations actuelles ont tendance e0 changer plus que e7a, mais en plus la caf prend en compte non pas la situation de l’instant T mais celle de l’anne9e N-2.Ainsi si en 2007 tu e9tais au Rmi, peu importe que maintenant tu gagnes ta vie, tu as encore des droits. Youpi?nan, parce que si comme moi en 2007 tu gagnais ta vie et aujourd’hui tu es dans la mierdasse, tu peux te brosser jusqu’e0 2011, date e0 laquelle on daignera prendre en compte ta situation de 2009.ce qui fait que quand tu vas vers le mieux, tu y vas d’autant plus, et que par contre quand tu es dans la merde une chose est sfbre et certaine, tu vas y rester 2 ans. Au moins.Comme dit la dame de la caf: ah oui mais dans deux ans madame, vous serez bien contente, hein! .Piteatre, piteatre pf4, hein, made2me la fonctionnaire qui ne risque pas de surprise, ni bonne ni mauvaise, elle.pfff beau pays KamizoleTout e0 fait d’accord sur l’anne9e N-2 Ce qu’oublie la dame de la CAF c’est que les allocataires Rmistes ou autres qui on vu leur situation s’ame9liorer parfois passage8rement en ont parfois profite9 mais qu’en ge9ne9ral on leur demande ensuite de tout rembourser quasi cash ! Et si au lieu d’eatre Rmistes ou parents isole9s, ils sont devenus smicards souvent e0 mi-temps ils sont pris e0 la gorge Dans ce pays, mieux vaut ne pas eatre pauvres, j’ai e9crit une fois qu’e0 peine on sort la teate de l’eau une main tre8s ferme nous y fait replonger. Je ne crois pas exage9rer !

Laisser un commentaire