biletul zilei cota 2 cu meciuri din fotbal omnibet.ro biletul zilei cota 2 la pariuri sportive

Le Blog

Accueil/Innovation sociale/Une intéressante étude sur la présence des produits alimentaires sur Facebook

Une intéressante étude sur la présence des produits alimentaires sur Facebook

Découvrez les marques alimentaires qui « font le buzz » sur Facebook !

Hopscotch, l’agence de relations publiques et de communication digitale, annonce les résultats du deuxième baromètre Hopscotch-Like Me I’m Famous sur le thème de la présence des marques de food sur Facebook. Les 40 marques alimentaires disposant des plus grandes communautés sur leur page fans française ont été passées au crible.

 

  • 1er enseignement : le food a la cote sur Facebook

Chiffres-clés Hopscotch

 

Jugées sur la base de 3 critères (puissance communautaire, vivacité et engagement conversationnel) et d’une analyse des discours des marques et des interactions des membres sur les pages fan, la présence des 40 marques agroalimentaires du panel révèle le caractère mobilisateur du food sur Facebook. Le food est le 3ème thème le plus suivi sur le réseau social derrière les stars/people et le luxe.

 

  • Oasis en tête du classement des marques alimentaires sur Facebook

Classement Hopscotch

 

A la 1ère place du baromètre Hopscotch-Like Me I’m Famous, on retrouve la page « Oasis Fan Fruit », avec une note globale de 4,35, la positionnant juste devant M&M’s France, et Ben & Jerry’s France qui complètent ce podium.

 

  • Le baromètre souligne la prépondérance des marques « plaisir »

 

Top boissons et sucré Hopscotch
Dans un contexte réglementaire et médiatique plutôt hostile, on constate que les marques « plaisir » tirent leur épingle du jeu sur Facebook. Dans le top 20 du baromètre, on retrouve 100% d’aliments dits « plaisir », avec une nette supériorité des marques sucrées (90% du top 10) ; la première marque salée, Apéricube, est 9ème.

 

« Dans un marché chahuté, à la fois par les médias, les associations de consommateurs et les pouvoirs publics, la prise de parole des marques « plaisir » est de plus en plus encadrée. Facebook offre aujourd’hui un espace d’expression ouvert, où la parole est libre. Néanmoins, l’échange avec les internautes nécessite d’être savamment organisé. C’est ce que nous avons souhaité analyser », souligne Jérôme Lascombe, Président d’Hopscotch.

 

  • La bonne recette des marques de food sur Facebook

1 pincée de prise de parole décalée et originale
Grâce à une prise de parole centrée sur leurs ambassadeurs, Oasis et M&M’s s’arrogent les deux premières places du classement. Fortement connivente, cette communication ludique et personnelle leur permet de bâtir des liens forts avec leur communauté

 

1 puissance communautaire « sucré-salé » : équilibre entre volume et activité
Si Oasis affiche la communauté la plus forte (2.3 millions de fans), des marques dont la communauté est plus réduite, telles Danette et Kinder, émergent dans le classement grâce à une activité plus importante. Beaucoup de fans c’est bien, des fans impliqués, c’est mieux.

 

Saupoudrez d’une bonne dose de vivacité et de réactivité
Danette, Ben & Jerry’s, Häagen Dazs, Oasis et M&M’s sont les 5 premières marques sur le critère de vivacité. Elles ont en commun de garantir 100% de taux de réponse aux questions ou interpellations des internautes sur leur page, signe d’un community management efficace et suivi. Si la publication moyenne est de 3 messages par semaine, Ben et Jerry, Kinder et Orangina, doublent avec une publication par jour ouvré en moyenne : de quoi entretenir et initier les échanges avec les membres de la page.

 

  • 4 typologies de prise de parole des marques


Les papoteuses

Une prise de parole centrée sur du contenu « quotidien », sans rapport direct avec la marque. Si les réactions des internautes sont nombreuses, la tonalité reste très factuelle, dépassionnée et très dé-corrélée de la marque.

 

Les productistas

Mise en avant du produit, avant tout et un discours plus classique centré sur le goût et le plaisir

Les storytelleuses

Un contenu essentiellement axé autour des univers de communication de la marque : égéries, campagnes de communication….

Les complètes

Une prise de parole équilibrée sur tous les sujets : produits, marques, chat ….qui induit la plus grande diversité de réactions parmi les internautes.

 

  • Une volonté d’ouverture affichée des marques

Toutes les marques adoptent une posture de dialogue assumée, en acceptant les commentaires des internautes sur leurs statuts, albums photos mais aussi les publications directes des fans sur leur mur et en prenant régulièrement la parole (3 fois par semaine en moyenne). A noter cependant une réactivité moyenne car 50% des questions ou interpellations des internautes restent sans réponse, et des spams plus ou moins bien nettoyés : 32% des posts spontanés des fans sur le mur sont des spams ; certaines « grandes » marques semblent peu nettoyer leur mur comme M&M’s ou Oasis.

 

  • Un internaute/fan critique ?

Si les fans interagissent avec la page (une moyenne de 2.4 publications sur le mur / jour et une moyenne de 21 commentaires internautes / jour), ils semblent s’engager modérément (le partage est 14 fois moins fréquent que le like) et interpellent peu la marque directement, que ce soit dans les commentaires de statuts ou sur le mur.  En outre, les internautes dévient peu du type de conversations proposées par la marque : leurs réactions restent en phase avec les sujets à l’origine de la discussion. A noter, la relation client est un thème très peu représenté, un paramètre lié à la nature « 100% plaisir » qui lie la marque à ses internautes.

 

La tonalité négative est faible (<6%) : les internautes critiquent peu la marque directement sur la page de la marque ; deux exceptions : Danette (28% de tonalité négative) et Carambar (38% de tonalité négative) en raison de la publication de questions ouvertes sur les produits, qui ont créé la polémique.

 

« Si « générer » du like semble à la portée de tous, faire commenter les fans reste plus difficile. Charge à la marque de trouver un bon équilibre entre le brand content, relié de plus ou moins près à son positionnement et ses valeurs et des discussion de comptoir (sur la météo …) qui, certes, font réagir les internautes, mais donnent une tonalité très factuelle à la page », complète Olivier Schott, fondateur de Like Me I’m Famous, spécialiste de la mesure d’audience, de performance et de réputation sur Facebook.

 

  • Les notes obtenues, dans le détail


Marques Puissance Vivacité Engagement Note globale
 Oasis Fun Page  4,83  4  4,22  4,35
 M&M’s France  4,67  3,75  4,39  4,27
 Ben & Jerry’s France  3,67  4,5  4,50  4,22
 Danette  4,00  4,5  3,61  4,04
 Kinder France  4,17  3,5  3,50  3,72
 Carambar  3,50  3,25  3,67  3,47
 Haagen-Dazs France  2,67  4,5  2,50  3,22
 Kinder Bueno France  3,17  3,5  2,89  3,19
 Apéricube  2,83  3,25  2,39  2,82
 Orangina  2,67  3,5  2,28  2,81
 Tic Tac France  3,50  2  2,56  2,69
 La Vache Qui Rit  4,33  1,5  2,00  2,61
 Chupa Chups  3,17  1,5  2,94  2,54
 Dragibus  2,83  1,5  2,78  2,37
 Fan de céréales Lion  2,00  3,5  1,28  2,26
 Milka  2,83  3  0,61  2,15
 Lutti  2,33  1,5  1,94  1,93
 Trésor de Kellogg’s  2,50  1  1,17  1,56
 Schweppes France  1,50  1,5  0,56  1,19
 Miel Pops  2,00  0  0,00  0,67

 

Méthodologie

40 pages Facebook officielles disposant du plus grand nombre de fans) :
Oasis Fun Page, Milka, M&M’s France, Chupa Chups, Dragibus, Danette, Lutti, Tic Tac France, La Vache Qui Rit, Carambar Kinder France, Ben & Jerry’s France, Kinder Bueno France, Trésor de Kellogg’s, Orangina, Häagen-Dazs France, Fan de céréales Lion, Miel Pops, Apéricube, Schweppes France, Maggi, Idées et recettes – Carrefour, Lactel Eveil, Fraises Tagada – Haribo, Nestlé Dessert, Fantasia, Velouté Fruix, Malabar, Mentos France, Croquons La Vie avec NESTLÉ, Contrex, Bledina, Les rôtisseries St-Hubert, Pâté Hénaff, Tassimo France, St Michel, Heinz Ketchup France, Carte Noire France, Kiri

3 indicateurs clés :
PUISSANCE COMMUNAUTAIRE : nombre de fans facebook, Buzz facebook (« x personnes qui en parlent »), nombre de partage sur FB

VIVACITE : nombre de posts  de la marque sur son mur facebook, fréquence de réponse de la marque quand elle est apostrophée (sur son mur ou dans un commentaire de statut)

ENGAGEMENT CONVERSATIONNEL : nombre moyen de commentaires sur facebook, nombre moyen de publication de fans sur le mur, nombre moyen de likes sur facebook

Période : données facebook du 23 au 29 avril 2012

 

Source : agro-media.fr avec le communiqué de Hopscotch.


Écrit par

Co-fondateur de Parménide

Une réponse à “Une intéressante étude sur la présence des produits alimentaires sur Facebook”

Par Desy - 19 décembre 2012 Répondre

Bonjour e0 tous,La pertinence de votre acirtle et des motifs pour lesquelles UFC attaque les de9veloppeurs de jeux m’incite e0 poster quelques exemples de ces abus.Tout d’abord, nous avons observe9 ces dernie8res anne9es que les licenses de jeux voyaient un nouvel opus s’ajouter a leur catalogue chaque anne9e, alors qu’a l’e9poque les de9vellopeurs prenaient environ 3 ou 4 ans (Starcraft nous aura fait attendre plus de 10 ans) pour pouvoir sortir une oeuvre de qualite9.Les campagnes solo des plus grosses ventes peinent de9sormais e0 de9passer les 10 heures, e0 quelques exceptions preat.Ensuite, les monstres du jeux vide9os comme EA ou Activision pratiquent de9sormais tous une politique de contenus te9le9chargeables payants : une fois que vous avez achete9 le jeu en magasin, des mises a jours ponctuelles sont disponibles pour une dizaine d’euros qui enrichissent l’expe9rience par l’ajout de missions, ou d’items, ou de zones de jeu Prenons l’exemple de la dernie8re mouture de la se9rie Call Of Duty, nume9ro 1 des ventes de jeux sur consoles : MW3 (2011) coute 70e e0 l’achat. Activision a annonce9 avant la sortie du jeu qu’il allait eatre comple9te9 par 20 DLC, qui e9taient vendues autour d’une dizaine d’euro pour les pre9ce9dents opus. Le joueur devra ensuite acheter le service de jeu en ligne Call Of Duty : Elite (50e) pour profiter d’une expe9rience en multijoueur comple8te.Ce qui nous fait donc 70 + 20 10 + 50 = 320e pour pouvoir profiter pleinement d’un jeu.Il serait temps que les grands e9diteurs de jeux cessent de prendre les joueurs pour des idiots et qu’ils respectent un peu plus ceux qui leur permettent de survivre.

Laisser un commentaire